Comprendre la tension artérielle

Imprimer
À chacune de vos consultations médicales, c’est comme un réflexe : votre généraliste ou spécialiste prend systématiquement votre tension. Pourquoi et comment prendre cette mesure ?

Les tensiomètres électronique et connecté sont de plus en plus utilisés par les médecins. Plus besoin de stéthoscope. Basé sur la méthode oscillométrique d’une grande fiabilité, son fonctionnement en est simplifié.

La tension artérielle est l’un des principaux indicateurs de votre état de santé, avec votre température et votre poids. Elle peut prévenir des complications si l’hypertension artérielle (HTA) était détectée.

Qu’est-ce que la tension artérielle ?

Elle correspond à la pression du sang dans les artères. Si vous vous souvenez de vos cours de SVT (donc de Sciences et Vie de la Terre) ou des épisodes d’ « Il était une fois… La Vie », vous vous rappellerez alors que les artères conduisent le sang du coeur vers nos différents organes. Et y transportent bon nombre de nutriments et surtout de l’oxygène.

Ainsi, à chaque contraction du coeur, le sang est expulsé des cavités cardiaques dans les artères, qui doivent rester souples et non obstruées. Le tabac et le cholestérol sont d’ailleurs les principaux responsables de l’encrassement de nos artères.

Derrière la tension artérielle se cachent deux types de pression :

  • la pression artérielle systolique, liée à la contraction du coeur (ou systole),
  • la pression artérielle diastolique, qui correspond à la phase de relaxation (ou diastole) et au moment où le cœur se remplit.
Comment se mesure la pression artérielle ?

L’instrument de mesure traditionnel est le brassard, enroulé autour du bras, relié à un manomètre. Lorsque le brassard se gonfle, il bloque le passage du sang dans l’artère du bras (appelée artère humérale). Le médecin vérifiera avec un stéthoscope que le brassard a atteint une pression supérieure à la pression artérielle systolique, car il n’entendra plus un bruit. Le brassard se dégonflera progressivement, et c’est là que la mesure commence, en millimètres de mercure ou mmHg :

  • Lorsque le sang reprend sa route dans l’artère humérale, ses parois vibrent et émettent un son. Le manomètre enregistre la pression à ce moment précis. C’est la pression artérielle systolique, qui correspond au chiffre le plus élevé (par exemple 120 mmHg).
  • La seconde mesure est la pression artérielle diastolique, le chiffre le plus bas (par exemple 80 mmHg). Elle est effectuée lorsque la pression exercée par le brassard est inférieure à celle de l’écoulement du sang dans les artères.

La pression artérielle systolique et la pression artérielle diastolique sont associées : vous aurez par exemple une tension artérielle de 120/80, considérée comme optimale. Au-dessus de ces chiffres, et plus particulièrement si le premier est supérieur à 140 et le second à 90, l’hypertension pourra être diagnostiquée.

Restez zen si votre dernière mesure dépasse ce seuil, car votre tension artérielle peut fluctuer, notamment en cas d’effort physique ou de stress. Si votre médecin détecte une hypertension artérielle inférieure à 180/110, il vous proposera selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé de mesurer et de suivre votre tension à domicile pour confirmer le diagnostic. Il peut aussi vous conseiller de le faire en accompagnement de votre traitement hypertenseur.

Avec le tensiomètre connecté, rien de plus simple. L’application enregistre toutes vos mesures sous forme de graphiques évolutifs, vous aide à interpréter vos résultats et vous permet de les adresser à votre médecin.

Il n’y a pas de seuils équivalents pour l’hypotension (c’est-à-dire une tension artérielle faible) car ces données isolées ne sont pas alarmantes en soi. Pour votre médecin, plus votre pression artérielle est basse, moins vous aurez de problèmes cardiovasculaires. Il faudra associer d’autres symptômes (évanouissement, vision brouillée…) pour envisager de nouveaux examens de santé.

S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir ? Prenez votre tension artérielle régulièrement, chez vous ou chez votre médecin, tout comme vous vérifiez votre poids en montant sur votre balance !

Commentaires

Pas de commentaires

Pour poster un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser

Une sélection d’articles et de conseils pour vous accompagner et vous informer
Bonne lecture !