HyperTension Artérielle (HTA) : relâchez la pression et suivez vos chiffres

Imprimer

HTA, trois lettres pour désigner cette maladie silencieuse qui ne prévient pas ! Cette pathologie chronique touche près de 14 millions de Français. Sa progression constante est la conséquence de l’évolution de nos modes de vie, en particulier une alimentation trop riche en graisses et en sel, ainsi qu’une diminution de l’activité physique. Si elle ne se guérit pas, l’hypertension se gère très bien avec les bénéfices de l’automesure tensionnelle et de la connectivité.

Tension artérielle : tension diastolique et tension systolique

Les deux chiffres de la tension ont leur importance. Le premier chiffre (le plus élevé, mesuré lorsque l’on prend sa tension) correspond à la pression du sang au moment où le cœur se contracte (systole) et propulse le sang dans les artères (comme le ferait l’eau arrivant dans un tuyau d’arrosage).
Le second chiffre (le plus faible, mesuré lorsque l’on prend sa tension) correspond à la pression du sang au moment où le cœur se relâche (diastole) et se remplit.

 

Avoir de l’HTA, c’est un peu comme rouler en voiture en troisième à 110 Km/h, le moteur (le cœur) est en surrégime ! L’augmentation de la pression artérielle systolique ≥ 140 mmHg ou de la pression artérielle diastolique ≥ 90 mmHg, après plusieurs mesures répétées suffit à définir l’HTA*.

Des causes toujours mal connues

Il est en fait très difficile d’identifier le(s) responsable(s) de l’HTA. Certains facteurs peuvent néanmoins favoriser son apparition :

Âge

L’HTA augmente avec l’âge car nos artères ont tendance à se rigidifier avec l’âge

Surpoids et sédentarité

Le manque d’activité physique associé à une alimentation riche en graisse jouent un rôle important dans l’élévation de la pression artérielle

Alimentation

Le sel, l’alcool en excès peuvent entraîner à long terme une HTA

Hérédité

Le risque d’HTA est multiplié par 2 si un des parents est hypertendu

Causes physiques et médicamenteuses

Certaines maladies rénales ou endocriniennes peuvent provoquer une HTA, de même que la prise de certains médicaments : corticoïdes, contraception oestroprogestative, etc

Des conséquences lourdes qui peuvent être évitées

L’HTA est l’un des principaux facteurs de risque cardio-vasculaire. Les bénéfices de la baisse de la pression artérielle chez un hypertendu sont en effet démontrés : elle réduit le risque de survenue des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques, et des lésions oculaires et rénales.

[1] Haute Autorité de Santé. HTA essentielle : prise en charge des patients adultes. HAS, Juillet 2015.

* Normes définies par l’Organisation Mondiale de la Santé.

 

Pour assurer un meilleur suivi de votre HTA, il est aujourd’hui recommandé de mesurer régulièrement sa tension artérielle à domicile. C’est ce que l’on appelle l’automesure tensionnelle.

Pourquoi l’automesure tensionnelle ?

Cette méthode est doublement utile :

Pour vous :

  • de mettre en évidence une hypertension « cachée » qui n’est pas visible au cabinet médical et qui touche 10 à 15% d’entres vous ;
  • d’être partie prenante dans la surveillance de votre maladie car c’est en surveillant votre tension que vous pouvez savoir si votre traitement est efficace.

 

Pour votre médecin : 

  • d’éliminer « l’effet blouse blanche** » qui concerne jusqu’à 25% d’entres vous, en bénéficiant de chiffres plus représentatifs de votre pression artérielle que la mesure réalisée au cabinet ;
  • d’adapter au mieux votre traitement anti-hypertenseur.

Aujourd’hui, grâce à l’autotensiomètre connecté doté d’un système oscillométrique (mesure à l’inflation), vous pouvez réaliser facilement votre automesure tensionnelle, en bénéficiant d’une technologie révolutionnaire : 3 mesures consécutives et automatiques dans un intervalle de 15 secondes. Votre pression artérielle moyenne est calculée automatiquement pour un résultat fiable. De plus, ne craignez pas de perdre un chiffre car vos mesures tensionnelles seront automatiquement transférées vers une application de votre smartphone ou votre tablette. Votre carnet de suivi est directement constitué et vous pouvez le partager avec votre médecin !

 

Il est conseillé d’effectuer ces mesures en position assise, au calme et après quelques minutes de repos. Vous pouvez demander conseil aux professionnels de santé (infirmière ou pharmacien) qui vous guideront dans cet apprentissage de l’automesure.

 

Enfin, rappelons qu’il ne faut jamais modifier seul votre traitement sans avis médical. Si la pression est trop élevée ou trop basse, seul votre médecin pourra ajuster le traitement en conséquence.

 

Ne laissez pas ce petit grain de sel vous gâcher la vie !

[1] European Society of Hypertension – European Society of cardiology guidelines for the management of arterial hypertension. Journal of Hypertension, 2003 ; 21 :1011-53.

** Pour certaines personnes, il arrive que la mesure faite par le médecin au cours de la consultation soit élevée, alors qu’elle se révèle normale à domicile. L’automesure à domicile permet donc d’identifier si l’hypertension supposée est due au stress occasionné par la visite chez votre médecin.

Commentaires

Pas de commentaires

Pour poster un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser

Une sélection d’articles et de conseils pour vous accompagner et vous informer
Bonne lecture !