Les objets connectés de santé au service des malades chroniques

Imprimer

Aujourd’hui, tout est technologie, ou presque. Les innovations s’accélèrent dans de nombreux domaines, et plus particulièrement dans celui de la santé. Auparavant réservée aux « happy few », les objets connectés de santé sont désormais accessibles à tous, notamment aux malades chroniques.

Les objets connectés de santé au service des malades chroniques

Qu’est-ce qu’un objet connecté de santé ? Il s’agit souvent d’un appareil que nous utilisions déjà, bien avant qu’il ne devienne connecté, — balance, thermomètre, tensiomètre, lecteur de glycémie, électrocardiographe… — capable de capter, stocker, traiter et transmettre des données. La majorité de ces objets sont liés à une application mobile, qui permet à la fois d’activer l’appareil et de visualiser les résultats. 

Soulager les patients au quotidien

C’est l’une des avancées majeures apportées à celles et ceux qui doivent composer chaque jour avec leur maladie chronique, notamment pour les personnes qui souffrent d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires ou d’hypertension. Les objets connectés de santé assurent un suivi fiable à chaque mesure, à l’instant T et dans le temps. En d’autres termes, ils offrent à la fois une photographie des données à surveiller au moment où la mesure est prise, tout en analysant leur progression au fil des semaines et des mois.

Au-delà du gain de temps, qui évite le passage systématique au cabinet du médecin traitant, ces objets connectés de santé favorisent l’autonomie du patient face à sa maladie chronique, qui peut l’aborder plus sereinement au quotidien. Car il ou elle a toutes les cartes en main pour comprendre et suivre l’évolution de sa pathologie. Les applications mobiles dédiées à ces objets connectés sont aujourd’hui intuitives et lisibles : elles fournissent des indicateurs fiables, clairs et personnalisés. Ceci étant dit, et nous y tenons, cette technologie ne remplace en aucun cas les rendez-vous avec les professionnels de santé !

Favoriser l’activité physique… et prendre soin de soi

Nous en parlions dans un précédent article : le sport aide les malades chroniques et peut atténuer les symptômes ressentis. Avant même de faire du bien au corps, l’activité physique fait du bien à la tête, au moral et au cerveau ! Comme pour toute personne souhaitant s’adonner à une activité sportive, la clé réside dans la progression de l’effort, le choix du sport le mieux adapté à l’état de santé et aux envies du patient, mais aussi dans la régularité.

Ici aussi, les objets connectés de santé jouent un rôle essentiel dans le suivi du patient : rythme cardiaque, durée de l’activité, qualité du sommeil, évolution du poids… autant d’indicateurs qui peuvent motiver le patient dans la poursuite du sport qu’il aura choisi, en lien avec son médecin traitant, qui pourra suivre l’activité physique qu’il lui aura conseillée.

La cerise sur la gâteau : une application dédiée qui analyse toutes ces données sur un seul et même tableau de bord personnalisé, adapté aux besoins du patient. Par exemple, un diabétique pourra suivre ses apports nutritionnels au quotidien grâce au pèse-aliments connecté, mesurer sa glycémie et sa tension grâce à son lecteur et à son tensiomètre connectés, le tout sur une même application.

Et côté données personnelles ? Celles-ci sont protégées, et ne peuvent être transmises qu’avec l’accord de l’utilisateur, qui pourrait décider d’en faire bénéficier la recherche médicale. Nous vous invitons à lire notre article à ce sujet si vous souhaitiez en savoir plus ! 

Commentaires

Pas de commentaires

Pour poster un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser

Une sélection d’articles et de conseils pour vous accompagner et vous informer
Bonne lecture !