Comprendre et gérer la fièvre chez l’enfant

Imprimer

Si la fièvre n’est généralement pas dangereuse, chez l’adulte comme chez l’enfant, elle est cependant à surveiller avec attention. D’autant plus chez les nourrissons, car ils ne peuvent pas exprimer ce qu’ils ressentent.

comprendre et gérer la fièvre chez l'enfant

Notre corps est une mécanique de précision, peaufinée au fil des millénaires. Et si on l’écoute, bon nombre de signaux nous sont transmis au quotidien : on connaît bien sûr ceux liés à la fatigue comme le bâillement, ceux liés à la faim et à la soif lorsque notre ventre gargouille ou que notre bouche est sèche. La fièvre est l’un de ces signaux, qui nous alerte d’une intrusion voire d’une agression de notre organisme.

Qu’est-ce que la fièvre ?

C’est en réalité un signal envoyé par notre cerveau, plus précisément l’hypothalamus, qui est lui-même alerté par la présence des cytokines, une substance produite par nos cellules de défense lorsqu’elles détectent l’intrusion d’un agent pathogène. Notre organisme réagit souvent à une agression de nature infectieuse, c’est-à-dire à une bactérie ou un virus.

S’en suit une hausse de la température du corps, au-delà des 37 ou 37,5°C habituels : on parle de fièvre dès lors que la température du corps dépasse les 38°C. L’objectif pour notre organisme est de produire davantage de chaleur pour aider notre système immunitaire dans sa bataille contre l’intrus

D’ailleurs, nos muscles sont aussi sollicités par l’hypothalamus : ils reçoivent l’ordre de se contracter pour produire davantage d’énergie (et donc de chaleur). D’où les sensations de courbature lors des états fiévreux.

Mon enfant a de la fièvre : que faire ?

Avant toute chose, le premier réflexe à adopter est de prendre la température de votre enfant. Si le thermomètre par voie rectale est largement utilisé, vous pourrez opter pour un thermomètre infrarouge, qui a l’avantage de ne pas réveiller ou déranger votre bébé.

Si votre nourrisson a plus de 3 mois, si la fièvre constatée est en dessous des 38,5°C et n’est pas accompagnée d’un changement de comportement (moins d’appétit, une diminution des activités par exemple), il n’y a pas lieu de s’inquiéter lors des premières 24 heures.

Pensez à donner à boire à votre enfant, à ne pas trop le couvrir et à ne pas augmenter la température de la pièce. Dans son mémo dédié à la fièvre chez l’enfant, la Haute Autorité de Santé précise qu’il « n’y a pas lieu d’utiliser les mesures suivantes : bain frais ou enveloppement frais, dont l’effet est modeste et transitoire, et qui peuvent majorer l’inconfort de l’enfant. »

Enfin, vous pourrez administrer du paracétamol à raison de 60 mg/kg/jour, à répartir en 4 ou 6 prises, et sauf contre-indication. La Haute Autorité de Santé préconise d’ailleurs la monothérapie (une seule molécule, ou en d’autres termes, un seul médicament). Bien sûr, si vous vous inquiétez ou si vous avez un doute, contactez votre médecin généraliste ou le pédiatre de votre enfant. Il saura vous questionner, vous orienter et vous rassurer… et c’est essentiel !

Commentaires

Pas de commentaires

Pour poster un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser

Une sélection d’articles et de conseils pour vous accompagner et vous informer
Bonne lecture !