Pourquoi la tension artérielle est-elle si importante pendant la grossesse ?

Imprimer
Lors des neuf mois de votre grossesse, vous serez au centre de toutes les attentions… y compris médicales. Chaque mois, votre gynécologue et/ou votre généraliste suivra tout particulièrement vos analyses sanguines, votre poids et votre tension artérielle. Car c’est l’un des indicateurs de votre bonne santé, et de celle de votre bébé.

D’ailleurs, on fait assez peu de cas à ce rituel lors de nos consultations médicales : s’allonger sur la table, tendre son bras, sentir le brassard se gonfler puis se dégonfler autour de son bras, et entendre le médecin annoncer un chiffre. Ce qu’il surveille est pourtant essentiel, d’autant plus pour les femmes enceintes : c’est l’hypertension artérielle (HTA).

Hypertension artérielle et grossesse

La mesure de la pression artérielle se fait en réalité à partir de deux données  (voir notre conseil santé sur la tension artérielle). Pour rappel, la tension dite « optimale » est située sous le seuil 120/80. Au-delà, l’hypertension peut être diagnostiquée (si elle est supérieure ou égale à 140/90), et le suivi médical est plus soutenu pour vérifier si la ou les mesure(s) confirment un état ponctuel ou temporaire.

Pendant la grossesse, la tension est tout particulièrement surveillée, et couplée aux tests d’urine. Chaque mois, on y recherche des traces de protéines, qu’on appelle protéinurie lorsqu’elles sont détectées.

L’hypertension artérielle peut être :

  • diagnostiquée avant la grossesse. La future maman sera donc hypertendue enceinte, et fera l’objet d’un suivi particulier pour éviter toute complication,
  • limitée à la durée de la grossesse. La tension revient à son seuil normal après l’accouchement et reste stable (certaines femmes peuvent d’ailleurs le constater à chaque grossesse),
  • détectée pendant la grossesse, souvent au cours du troisième trimestre, avec des complications fœtales et maternelles. Ici, on parle de toxémie gravidique, plus connue sous le nom de prééclampsie.
Les risques et les traitements

Si l’hypertension artérielle ne concerne que 5 à 10 % des grossesses, les risques n’en restent pas moins importants : prématurité, retard de croissance… et la vie de la maman et du bébé peuvent être en d anger.

L’hypertension légère ou modérée mène à un suivi médical renforcé avec notamment des consultations plus régulières, des bilans biologiques plus fréquents et des échographies mensuelles plutôt que trimestrielles. Les femmes hypertendues peuvent être amenées à prendre elles-mêmes leur tension à domicile pour surveiller son évolution.En cas d’hypertension artérielle sévère, l’hospitalisation est prescrite pour assurer un suivi rapproché de maman et de bébé. Un traitement médicamenteux peut être nécessaire, selon la gravité de l’hypertension et les antécédents médicaux de la future maman.

Après l’accouchement, le médecin continuera à suivre l’hypertension artérielle de la maman, et bébé ne sera plus concerné par ce suivi médical. Celui-ci consistera notamment à poursuivre les mesures (tension, analyse des urines) et les traitements initiés pendant la grossesse.
En définitive, ces attentions et précautions médicales visent à prévenir et à anticiper les éventuelles complications. Si vous avez des doutes ou des questions, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin généraliste ou votre gynécologue, qui saura vous expliquer et vous rassurer si besoin. Car rien ne vaut le calme et la sérénité d’une future maman, pour elle et pour son bébé !

Commentaires

Pas de commentaires

Pour poster un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser

Une sélection d’articles et de conseils pour vous accompagner et vous informer
Bonne lecture !