Comprendre et prévenir l’ostéoporose

Imprimer

Cette maladie chronique, qui peut devenir invalidante, fragilise les os et augmente les risques de fractures… mais elle peut être évitée, sans traitement médicamenteux.

Comprendre et prévenir l’ostéoporose

On estime que l’ostéoporose touche 4 à 5 millions de Français. Fréquente après 60 ans, elle touche majoritairement les femmes — qui représentent environ 3 malades sur 4 —, notamment après la ménopause. À ne pas confondre avec l’arthrose, qui désigne l’usure du cartilage des articulations.

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

La structure osseuse du squelette se renouvelle en permanence. Deux cellules œuvrent au remodelage et à la consolidation des os :

– Les ostéoclastes, installés au coeur des cavités osseuses. Ces cellules ont pour mission de détruire l’os lorsqu’il est endommagé pour permettre son renouvellement. C’est la résorption osseuse.
– Les ostéoblastes, qui fabriquent le nouvel os. Situées à la surface, elles sécrètent une substance dite pré-osseuse qui se calcifie. C’est la formation osseuse.

Jusqu’à 20 ans environ, les secondes (les ostéoblastes) sont plus actives que les premières (les ostéoclastes) — c’est pourquoi le squelette se remet plus vite des fractures chez les plus jeunes. Plus tard, cet équilibre s’inverse, pour s’accélérer après 45 ans. L’ostéoporose apparaît lorsque les ostéoclastes sont les plus actifs.

Si le vieillissement du corps favorise l’ostéoporose, les carences en vitamine D et en calcium, l’absence d’activité physique, la consommation excessive de tabac et d’alcool sont autant de facteurs à l’origine de cette maladie. Certaines affections endocriniennes et hépatogastriques ainsi que le déficit en hormones sexuelles peuvent en être la cause.

Prendre soin de son capital osseux

Nous ne sommes pas tous égaux face à notre capital osseux : il est déterminé en grande partie par la génétique. Pour autant, il est possible de freiner les déséquilibres qui mènent à l’ostéoporose et à ses fractures, les plus fréquentes étant celles du col du fémur, du poignet et des vertèbres.

Notre premier conseil : faire le plein, au quotidien, en calcium. On en trouve en quantité importante dans les produits laitiers bien sûr, mais aussi dans les anchois ou les sardines à l’huile. Vous pourrez aussi compléter ces apports en optant pour une eau minérale riche en calcium — elles ont en général une teneur en calcium de plus de 500 mg/l.

Même chose côté vitamine D. Naturellement fabriquée par le corps lorsqu’il est exposé au soleil, on peut en trouver dans certains aliments pour combler les carences, notamment en hiver. L’huile de foie de morue est en tête (et plus généralement toutes les huiles de poisson ainsi que l’huile d’olive), suivie des poissons gras (hareng, maquereau, sardine…) et… le chocolat noir, ce qui en ravira plus d’un(e) !

Enfin, l’ostéoporose peut être évitée en pratiquant une activité physique régulière, la sédentarité en étant l’une des causes. Marcher chaque jour peut suffire, mais vous pouvez tout à fait envisager un autre sport. Nous vous conseillons vivement d’en parler avec votre médecin, qui vous suggérera des activités adaptées à votre condition physique et à votre état de santé.

S’il ne fallait retenir qu’une chose ? Le capital osseux se préserve bien avant 45 ans : les bons réflexes côté alimentation et activité physique sont à prendre le plus tôt possible !

Commentaires

Pas de commentaires

Pour poster un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser

Une sélection d’articles et de conseils pour vous accompagner et vous informer
Bonne lecture !